ANDRÉ VEREECKEN

Site internet à la mémoire de l'artiste André Vereecken (1932-2017).
Website ter nagedachtenis aan de kunstenaar André Vereecken (1932-2017).

 

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

℗2020 ©2021

Dernière mise à jour : avril 2021 / Voor het laatst bijgewerkt: april 2021  WHAT'S NEW?

ŒUVRES D'ANDRÉ VEREECKEN

Qu’il dessine ou peint, le dessin et la peinture sont toujours quelque chose de séparé, jamais lié ou obstruant les uns les autres. Il couvre les diverses expressions artistiques avec un talent particulier.

 

La force de la couleur et l'intégrité du traitement des couleurs grandit toujours en même temps que la forme et le contenu du sujet. Après la figure élaborée et la conception académique, la couleur vient maîtriser l’atmosphère spirituelle des données plus intensément. Ce n'est plus un "quelque chose" qu'il crée, c'est un glissement vers l'orchestration des couleurs, homogène avec le sujet.

 

Sa volonté d’exprimer sans entrave, son observation, son attitude critique, sa sensibilité, sa retenue, son atmosphère spirituelle, qui se méfie de tout ce qui est étrange, l’ont jusqu’ici toujours empêché de montrer ce qu’il fait et surtout à quel point sa personnalité artistique est exaltée.

 

Ses dernières créations sont une combinaison de couleur et d'expression, où la figure est à peine accentuée, mais donne toujours une forte impression de sa présence grâce à sa méthode personnelle.

 

Pour lui, l'art ne consiste pas à chercher et à tâtonner. Il est simplement le résultat d'une élaboration si subtile qu'avec chaque création, il monte d'un cran sur le difficile chemin de l'expérience et de l'indulgence picturale. Un homme comme lui, avec une pulsion créatrice qui le fait exploser de façon volcanique, ne peut pas s'en tenir aux clichés. Chaque œuvre est liée à la précédente, mais elle se distingue par sa différence dans le temps.


Roger De Clerk, 1968