ANDRÉ VEREECKEN

Exposition avec le Cercle d’Art Royal de Wase

Site internet à la mémoire de l'artiste André Vereecken (1932-2017).
Website ter nagedachtenis aan de kunstenaar André Vereecken (1932-2017).

 

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

©℗2020

Exposition Générale Annuelle du Cercle d’Art Royal de Wase

1979 - Jaarlijkse Tentoonstelling Koninklijke Wase Kunstkring - Sint-Niklaas

Bienvenue et introduction générale : M. George Demey, président

Ouverture officielle : M. Freddy Willockx, représentant élu

Musique de l'Ensemble Henri Gadeyne

Invitation au vernissage pour l’exposition générale annuelle de K.W.K. 1979-1980.

André Vereecken expose avec:

Jan Buytaert - Ludo Colman - Wim De Cock - Gabriel De Pauw - Gisleen Heirbaut - René Hulstaert - Guido Mariman - Karel Mechiels - V. Neels - Jacques Neve - Bert Peeters - Frans Pincé - André Roelant - Mariette Vael - Alfons Van Meirvenne - Wim Van Remortel

Le Cercle d’Art Royal de Wase et les contes de fées

 

Une exposition avec peu de nouvelles. On peut dire que la moitié des artistes - membres ne sont pas venus.

Je suis la liste alphabétique. Je commence donc par Jan Buytaert qui, avec son œuvre d'art "Tyls Metamorphosis dans notre monde", a tiré dans le mille. Ne croyez pas que je vais l'appeler beau ou que je vais y chercher toutes sortes de choses profondes. J’aimerais le comparer à ce que ferait une sale malédiction dans un monastère de Clarisses (religieuses). Ce qui est drôle, c'est que dans la célèbre société K.W.K.K., ce Monstrum (créature de désespoir, bête) a été soigneusement ignoré, tout au plus avec une blague aussi faible que prudente.  C'est un défi grandiose pour notre monde. Elle dit d'elle-même, pour ainsi dire, "je ne suis pas vendable", alors que les œuvres d'art les moins hypocrites disent généralement encore "je ne suis pas abordable".

Ludo Colman, Wim de Cock et Gabriël de Pauw n'apportent rien de nouveau. Gisleen Heirbaut expose pour la première fois ses Fantaisies sphériques et sa "Protection". Aussi (aussi) pour lui, le "conte de fées" n'est apparemment pas encore terminé. À un âge où les autres pensent avoir réussi, il commence à explorer de nouvelles possibilités. Non pas parce qu'il veut faire autrement, mais parce qu'il ne peut pas laisser ce que les autres pourraient penser être juste définir ses limites.

René Hulstaert a un one man show dans la cage d'escalier, ne passez certainement pas à côté par négligence. Probablement le plus ancien membre de la société, il prouve que de nouvelles valeurs peuvent être découvertes à tout âge.  Vieillissement, sobriété et richesse.

Je laisse Guido Mariman, Karel Mechiels et Vera Neels se reposer. Jacques Neve reste le perfectionniste, l'héritier têtu, contemporain et spirituel des rêveurs décadents.

Bert Peeters. J'ai vu pour la première fois dans le W.K.K. un surréaliste ardent et sombre. Année après année, il s'éloignait de plus en plus des rides du cerveau moisi.

Je laisse Guido Mariman, Karel Mechiels et Vera Neels se reposer. Jacques Neve reste le perfectionniste, l'héritier têtu, contemporain et spirituel des rêveurs décadents.

 

J'ai vu Bert Peeters pour la première fois dans le W.K.K. comme un sombre surréaliste.  Année après année, il s'éloignait de plus en plus des rides du cerveau moisi. Quand je me tenais devant ses aquarelles, il y avait aussi un père avec une petite fille. La fille : "Papa, je trouve ces peintures beaucoup plus réelles que celles avec ses maquerelles (Neve)".  L'enfant avait raison. Les enfants ont toujours raison. Ils ne savent pas ce que les adultes savent, mais ils jugent sans réfléchir.

Avec les œuvres de Frans Pincé, je n'ai pas (aussi) eu à consulter ma liste. Mais maintenant, ce sont tous des dessins au pinceau.

Quelqu'un a dit du travail de Roelant : "Je pense que c'est féroce. Très dur".  Que peut-on répondre d'autre que "cela pourrait être l'intention". Comment expliquer que je trouve son "Hommage au pastel" non seulement un beau travail, mais même un défi sophistiqué ?

Albert Tersago. Les Grecs étaient grands à leur façon et Maillol n'a pas été compris, pas encore.

Je ne sais pas pourquoi. Mais quand j'entends le nom de Jet Vael, je pense aux arbres. Là encore, je me souviens surtout des arbres. Comme une forme, une présence.

Alphonse de Meirvenne continue à jouer avec la peinture et les bêtes, et je sais de moins en moins qui quoi ou quoi qui s'y oppose.

Wim van Remortel n'est pas sur la liste et, dans mon souvenir, son travail est très vague.

Avec André Vereecken, j'ai presque terminé et aussi avec le conte de fées qui n'est pas complètement mort. Mon fils a fait la même chose quand il avait cinq ans, a dit une dame. Toutes les mères pensent que leurs enfants, qui ont cinq ans, sont des génies. Mais André Vereecken est un homme qui a des enfants, un homme qui sait vraiment ce que le monde et la vie ont à offrir.  C'est juste qu'apparemment un enfant peut toujours faire ce qu'un enfant pourrait faire, mais aucun enfant ne peut faire comme lui. Les enfants peuvent illustrer des contes de fées. Mais les enfants ne peuvent pas écrire des contes de fées qui méritent d'être illustrés plus tard. André Vereecken dessine des choses qui posent des questions.

Et le dernier sur la liste est Robert Wuytack. Crayon de couleur.

 

Journal d'art par Frans van Eyck (VEF)