ANDRÉ VEREECKEN

Exposition avec le Cercle d’Art Royal de Wase

Site internet à la mémoire de l'artiste André Vereecken (1932-2017).
Website ter nagedachtenis aan de kunstenaar André Vereecken (1932-2017).

 

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

©℗2020

Exposition "Hommage à Frans van Eyck" du Cercle d’Art Royal de Wase

1993 - Tentoonstelling "Hommage aan Frans van Eyck" - Koninklijke Wase Kunstkring - Sint-Niklaas

Le conseil d'administration et les artistes membres du Cercle d’Art Royal de Wase, ainsi que Het Vrije Waasland, ont l'honneur de vous inviter à l'ouverture de l'exposition

 

HOMMAGE À FRANS VAN EYCK


le dimanche 28 mars 1993 dans la reikem-fabrieksruimte du Zwijgershoekje à Sint-Niklaas.

 

10h30 : Conférence de Wim van Mulders sur l'importance du régional dans l'art.
11h30 : Mot de bienvenue de Lode Verbeke, président du Cercle d’Art Royal de Wase


Introduction par Daniël Antheunis (Het Vrije Waasland).
Ouverture officielle par le ministre Freddy Willockx.

Invitation au vernissage de l'exposition "Hommage à Frans van Eyck". 1993

Affiche de l'exposition "Hommage à Frans van Eyck". 1993

Frans van Eyck est né le 1er octobre 1927 et est décédé le 20 février 1992. Il est devenu connu dans les milieux artistiques comme le critique d'art inflexible qui, pendant 25 ans, a consacré un total de 727 articles à la vie artistique de Wase. Les lettres V.E.F. au bas de ses articles étaient, en quelque sorte, la marque de critiques honnêtes et convaincantes.

Frans van Eyck a écrit dix articles sur André Vereecken entre 1969 et 1990.


Onze membres du Cercle d’Art Royal de Wase exposent leurs œuvres qu'ils ont réalisées spécialement en l'honneur de ce critique d'art décédé. 

Parmi André Vereecken; Jan Buytaert - Luc D’Hanis - Gerard Gaudaen - Gisleen Heirbaut - Frans Heirbaut - Jacques Neve - André Roelant - Sophia Smit - Stefaan Van Biesen - R.I.M. Verhelst

Frans van Eyck 
Des choses qui ne passent pas.
Frans Van Eyck est mort.
Donc V.E.F. n'écrira plus. Physiquement, il n'était pas un type balaise, mais sa personnalité était durable et forte comme le bois d'un chêne. Pour construire avec pendant des siècles.
Il était inspecteur à la RVA. Apparemment une existence de fonctionnaire prosaïque, bien que le degré d'humanité dans ce service soit très élevé. Il était par nature un artiste : poète et écrivain, il s'est toujours intéressé aux arts plastiques, à la culture sous toutes ses formes de perception. Il a fait partie de ces personnes qui ont prouvé tout au long de leur vie que la culture est un mode d'existence, une façon d'être.
La poésie a exercé une grande attraction sur le jeune Frans van Eyck. Peu de gens, cependant, se souviennent que dans sa jeunesse, il a écrit et publié plusieurs recueils de poésie. Il est toujours resté un poète, même si la lettre de deuil dit:

 

"Je ne veux pas être un poète, ma chère, 
mais un écrivain par la grâce de Dieu.
J'écris notre amour et je vous écris.
Je nous écris une maison, une chambre, un enfant.
Je nous écris un dieu pour nous bénir".

Car c'est précisément ce que la poésie veut faire : écrire la vraie réalité, la vraie vie. Créer littéralement. La langue a continué à définir toute sa vie.
Un jour, quelqu'un va consciencieusement collecter et faire connaître la quantité de sa production littéraire et critique. Je pense que nous serons tous étonnés de la quantité de textes publiés par Frans van Eyck. Parce qu'il était un travailleur.
C'était un avant-la-lettre polyvalent et travailleur culturel de terrain. Par exemple, il y a de nombreuses années, lors de cette première floraison enthousiaste, il était secrétaire du groupe culturel populaire "Boerke Naas". Le poste de secrétaire est typique pour lui. Il ne s'est jamais mis au premier rang. Il a été l'un des acteurs.
Plus tard, il s'intéresse davantage au théâtre. Il a été actif au sein de la "Goud bloem" et est ensuite devenu trésorier à Sint-Genesius.
La poésie est toujours restée présente. Avec un certain nombre de personnes de la région du Waasland, des poètes et des artistes, il a été fasciné et engagé dans ce qui s'est développé dans les années 1950 et 1960 comme une avant-garde artistique dans le Hessenhuis. Il n'est donc pas surprenant qu'il ait fait partie du deuxième groupe expérimental de poètes autour du magazine "Gard Sivik" avec Paul Snoek, entre autres. 
Donc les arts plastiques. Car rarement la poésie et les arts plastiques ont été aussi intensément imbriqués que durant ces décennies. C'est donc dans la ligne des choses que Frans van Eyck voulait écrire sur l'art et il l'a fait. Notamment en tant que critique d'art dans "Het Vrije Waasland". Pendant de nombreuses années, de manière abondante, perspicace et volontaire. Il possédait cette qualité rare de têtu et loin de l'entêtement ou de l'orgueil. Van Dale définit "suivre sa propre volonté". Frans van Eyck était un chercheur de "sens" : il a lu, étudié la philosophie, l'histoire de l'art, la littérature. C'était un homme d'une grande érudition et d'une vision personnelle qu'il formulait souvent avec une ironie piquante qui irritait parfois ses adversaires. À tort, car son jugement laconique et lapidaire a toujours été une synthèse intelligente de la matière, mais jamais blessante et méchante sur l'homme. Sauf la vanité, qu'il détestait. Lorsque l'on est opposé à la flatterie et aux compromis, on est facilement appelé "obstructeur". C'était donc un obstructionniste qui défendait ses opinions.
Il les a défendus avec verve et connaissance. Il était pour l'avant-garde : l'art de notre temps qui essayait de donner une réponse artistique à la situation historique. Il l'était donc pour les jeunes artistes qu'il stimulait et animait. Il les a défiés et soutenus. 
En raison de son jugement inexploré mais honnête, il a beaucoup remué les choses, dit André Roelant, un ami de longue date.
Il ne cachait rien. Il a montré au lecteur, au spectateur et à l'artiste "ce qu'il a vu". La manière dont ils réagissaient alors dépendait de leur degré de maturité.
Frans van Eyck était un connaisseur de l'art contemporain et en particulier de l'art du Waasland. Il connaissait les artistes, expérimentant dans leurs ateliers, leurs espoirs et leurs craintes de l'exposition, leur fierté et leurs doutes.
La génération "autour de la cinquantaine" lui doit beaucoup. Il a également suivi de près la nouvelle génération. Il a récemment écrit une pièce pénétrante sur Stefaan van Biesen.
Je l'ai qualifié de polyvalent. C'est pourquoi le film l'a fasciné. Il a écrit un texte et un scénario pour le magnifique film sur la sculpture de sa bonne amie, Gisleen Heirbaut, intitulé "Moi, pierre".
Ce n'est pas sa seule œuvre cinématographique. Il a également été à la base du film sur cinq artistes : Gisleen et Frans Heirbaut, André Roelant, André Vereecken et Jacques Neve.  Il l'a fait avec sincérité et dévouement.
Nous disons donc au revoir à Frans van Eyck, écrivain, connaisseur en art, membre du conseil d'administration du Wase Kunstkring, inspirateur de nombreuses initiatives et expériences, commentateur volontaire de la vie artistique au Pays de Waas, artiste du langage vulnérable et tendre rebelle au nom de l'honnêteté. Ce sera bientôt le printemps dans le Waasland. Même si tout s'épanouit, le paysage artistique aura changé. Un chêne de moins dans la forêt. De même, "Het Vrije Waasland" s'est un peu dégarni.
Mais avant que tous les faux sentiments ne s'élèvent, je l'entends penser : "J'ai fait ma part. Laissez les choses se poursuivre".
Il n'a pas besoin de nos mots. Il a toujours été un homme libre qui allait et venait à sa guise. Respectons cela.
Frans van Eyck reste V.E.F. : Vrij, Eerlijk en Fel. (Libre, honnête et féroce).

                                                                                                                                                                      Dada, Het Vrije Waasland 28/02/1992.

Frans van Eyck a écrit dix articles sur André Vereecken entre 1969 et 1990 ...

André Vereecken et Frans van Eyck.

André VEREECKEN aborde Frans van Eyck dans son immatérialité. "Frans comme une pensée" est le tableau dans lequel l'atmosphère autour de Frans van Eyck prend forme.

Frans van Eyck et André Vereecken. (ca. 1990)

André VEREECKEN aborde Frans van Eyck dans son immatérialité. "Frans comme une pensée" est le tableau dans lequel l'atmosphère autour de Frans van Eyck prend forme.

Une métamorphose de l'anecdotisme et de la référence à l'abstraction par l'objet dans des plans clairs.

Un évitement de l'étiquetage tout comme vous ne pouviez pas le faire avec Frans.

La germination de la pensée est suggérée dans la forme de cocon qui entoure une tête et se développe en une structure d'échelle. La surface tranchante et coupante de la composition équivaut aux critiques parfois mordantes. A l'extrême limite du sens de lecture, le souvenir de Frans s'est dissout dans le pigment et la matière.  La collaboration entre Frans et André est illustrée par six dessins-mots. L'assemblage avec le masque est aussi une référence à un projet commun, le film qui a été réalisé plus tôt.

Het Vrije Waasland 26/03/1993

Peinture "Frans comme une pensée" - "Frans als gedachte". André Vereecken, 1993.