ANDRÉ VEREECKEN

Exposition personnelle

Site internet à la mémoire de l'artiste André Vereecken (1932-2017).
Website ter nagedachtenis aan de kunstenaar André Vereecken (1932-2017).

 

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

©℗2020

EXPOSITION ANDRÉ VEREECKEN

1970 - TENTOONSTELLING ANDRÉ VEREECKEN - HUIZE GEERTRUI - LOKEREN

Invitation expo individuelle d'André Vereecken à Huize Geertrui à lokeren.

Introduction et ouverture:

Jan D'Haese

(critique littéraire et artistique) 

Introduction de l'exposition par Jan D’Haese (Transcription audio)

 

Mesdames et Messieurs,

À la veille de Pâques, il est normal, même dans le domaine artistique, de faire sonner les cloches. Bien sûr, pour faire sonner les cloches ici à Lokeren, ils ont trouvé une victime et c'est moi. Mais maintenant, je dois dire honnêtement qu'aujourd'hui, je me sens bien en tant que victime. Tout d’abord, parce qu’ils ont rompu avec la tradition de donner la boisson après le discours. Je pense que c'est une bonne façon de mettre les gens d'abord dans une position favorable, d'offrir un verre, avec le risque que le public - comme cela a été mentionné précédemment - n’écoutera plus de si près ce que l’introducteur a à dire. Par conséquent, je me sens déjà beaucoup plus en sécurité, le trac que j'ai normalement quand je parle a disparu et, comment dire, je peux probablement présenter l'œuvre d'André Vereecken de manière plus convaincante. Et si j'ai aussi parlé de victime tout à l'heure, alors pour avoir en face de moi l’œuvre et André, je ne me sens certainement pas comme une victime parce que je crois que s'il y a quelqu'un que je voudrais présenter c'est bien André. Pourquoi ? Eh bien, Mesdames et Messieurs, lorsque j'ai vu pour la première fois le travail d'André - et c'était à la galerie Waumans à Sint-Niklaas - nous sommes maintenant également autorisés à faire un peu de publicité pour d'autres galeries - j'ai été surpris un instant. L'exposition durait depuis un moment - c'était même déjà fini - et Luc - le grand patron, le grand mécène de la galerie Waumans - m'avait dit ; "il faut absolument que tu viennes voir. Il y a quelque chose ici, il y a du travail ici qui vaut la peine d'être vu". Et avec mon désordre traditionnel, j'avais bien sûr toujours repoussé cela, mais j'avais réussi à aller voir Luc avant que ces œuvres ne retournent à la maison. Et puis il m'a montré, alors qu'elles se tenaient là par terre, ces œuvres, à gauche et à droite, et André est apparu et ainsi de suite... Eh bien, Mesdames et Messieurs, en effet ; j'ai été surpris. Je ne dirais pas que chaque œuvre qui m'a été montrée était bien  - enfin, chacun a son opinion, moi aussi - je ne dirais pas que chaque œuvre était un chef-d'œuvre - nous n'allons pas exagérer les choses - mais au moins je peux vous dire avec la main sur le cœur - et c'est un grand cœur, vous pouvez me croire librement - et une grande main - qu'il y avait beaucoup de ces œuvres qui non seulement m'ont étonné mais m'ont donné un choc. Que j'ai ressenti d'autres choses derrière ce travail et depuis lors, j'ai suivi l'œuvre d'André de loin - et parfois de près quand j'ai vu ses œuvres. Et aujourd'hui, je suis venu ici exprès sans savoir quelles œuvres d'art étaient accrochées ici. Je connais certaines œuvres, comme celle-ci ici, mais je n'avais pas encore vu ce qui est accroché au sous-sol et ici. Et le choc s'est renouvelé. Ne me demandez pas de définir ici aujourd’hui ce qu’André Vereecken peint et dessine, comment il le fait et pourquoi il le fait. Parce que ce n’est pas possible. Je ne crois pas non plus que, pour le moment, quiconque soit capable de définir tout cela dans un petit discours, ou même de l'écrire dans un petit livre. Ce qui est exposé ici, Mesdames et Messieurs, est déjà - permettez-moi de le décrire littérairement - un roman. Et je dirai même plus ; c'est déjà, comme disent les Français, "un roman-fleuve". Un roman composé de plusieurs parties. Pas un feuilleton mais une composition de feuilletons. Une mosaïque, une grande mosaïque. Je ne peux pas m'empêcher de faire des comparaisons quand je vois ce travail accroché ici car - nous en parlions tout à l'heure - que voit-on chez André Vereecken ? Nous voyons beaucoup de choses. On voit tout le monde. Nous voyons ici beaucoup de choses que nous semblons connaitre, mais qui viennent d'André Vereecken. On peut y attacher des choses, y coller des étiquettes et pourtant la composition est exclusivement celle d'André Vereecken. « Il y a un détail là-dedans qui pourrait nous rappeler quelque chose et un autre qui nous dit autre chose ». Maintenant, si je devais utiliser le cours normal des événements, je dirais «venez, nous avons affaire ici à quelqu'un qui nous rappelle M. X et M. Z, une sorte de Paul Klee de Sint-Niklaas, d'un Picasso de Waasland, à un nouveau flamand Frits van den Berghe, que sais-je?». Ce ne sont que des mots, mesdames et messieurs, ce sont tous des étiquettes. Pourtant, derrière tout ce qu'André a fait, il y a une indication dans cette direction et en même temps d'André Vereecken lui-même. Qui est cet homme que vous voyez ici? Eh bien, je ne peux pas vraiment vous le dire. Je dois ... Au fond, vous devez demander à sa femme. Elle sait mieux. Je veux dire, elle sait s'il est colérique ou non. Je sais qu'il ne boit pas, par exemple, je sais et c'est normal que je le remarque. Mais question de caractère et tout ça, je n'ai pas encore pénétré dans son intimité à ce jour que je puisse vous donner un croquis de l'homme à la maison, le père de toute une série d'enfants, le mari et tout ce qui va avec. Mais ce que je vois, c'est ce que le peintre, ce que l'artiste a produit. Ça je vois bien. Et avec cela, je sais que derrière le front de ce type pas si grand que ça et dans les yeux de cet homme, il y a des choses qui vivent, qu'il invente des choses avec cela, qu'il voit des choses que nous n'avons pas vues de cette façon, qu'il découvre pour nous, qu'il redonne forme pour nous. Pas de nouvelles choses, mais une re-création de choses - parce qu’il n’y a pas de nouvelles choses. Le génie n’est pas la nouvelle trouvaille - parce qu’il n’y a plus rien de nouveau. Le génie est la re-création de choses importantes et qui donnent une autre dimension, une dimension de l'homme qui les fait. Et maintenant, je ne vais pas encore l'appeler un génie, mais je vais dire qu'il recrée des choses pour nous, qu'il nous donne des choses que nous connaissons déjà, mais qu'il leur donne une autre dimension, une dimension André Vereecken. Et c'est pourquoi je dis d'une part "je ne le connais pas assez bien". Mais il est important qu'il soit resté longtemps dans la solitude. Qu'il a travaillé dans la solitude pendant longtemps. Que - après tout, il est majeur depuis plusieurs années, il est adulte depuis plusieurs années - qu'il a mûri sans avoir pris part à notre monde de l'art sans appartenir à une clique, à une couronne ou à quoi que ce soit, et qu'il est soudainement tombé dans la galerie Waumans et qu'il a soudainement surpris les gens qui s'y trouvaient. Ce n'est pas un hasard. Il a fréquenté l'académie, il a eu une éducation. Il a un bon coup de crayon et de pinceau. Il a de la technique et vous pouvez le voir. Il connaît. Il sait. Il ressent. Ce n'est donc pas quelqu'un qui est parti d'ici, qui est entré dans la peinture, mais quelqu'un qui se sent primitif, qui peut faire ressortir les forces primaires des gens, des choses, des affaires, vers le monde extérieur avec un pinceau et avec un crayon et avec tout ce que vous voulez. Nous sommes devant un phénomène. Et pour le décrire avec des mots, pour vous l'esquisser, Mesdames et Messieurs, je ne suis pas assez puissant pour le faire. En d’autres termes, face à ce travail qui est suspendu ici, les mots ne sont pas superflus mais minimum. Ce travail contient tellement, vit tellement, est tellement d'André Vereecken, et tellement de ce monde, et tellement de gens et tellement de choses et tellement de tout ce qui a été fait, ce qui a été pensé, ce qui a été créé, tant de sang et de sueur et de larmes, de l'intériorité, du détachement, du retournement ... que vous ne me blâmez pas quand je déclare mon impuissance. Allez d'œuvre d'art en œuvre d'art, regardez-la, essayez de la pénétrer, essayez de lui parler, essayez d'entrer en dialogue avec elle, et alors peut-être serez-vous d'accord avec moi et direz-vous : en effet, ce qui est exposé ici, ce qui vit ici, est un monde si complexe, est une réalisation si envahissante d'idées, de pensées, des choses, des affaires, que vous ne pouvez pas la résumer, que vous ne pouvez pas la déterminer. Et le fait que cet homme soit capable de communiquer avec nous jour après jour, encore et encore, toutes ces choses, de synthétiser toutes ces choses avec de la couleur ou avec du noir - peu importe - qu'il est capable de faire cela, est un autre miracle de l'art, Mesdames et Messieurs. L'énième miracle de l'art en Flandre. Parce que quand je dis "en Flandre", je pense que c'est aussi spécifique, parce que quand on dit - et on le dit parfois pour rire - mais nous sommes beaucoup de peintres. Et que là encore, l'énième miracle a fleuri - cette fois à Sint-Niklaas - cette fois encore de manière inattendue - que nous sommes à nouveau confrontés au phénomène qui se produit dont nous n'avons rien su pendant des années, et que soudain, il y a devant nous un homme mûr, doté d'une force inhabituelle, d'un talent inhabituel. Que le reste de notre pays ne se rende pas encore compte que ce talent existe, Mesdames et Messieurs, c'est normal et c'est la volonté du monde. Nous ne savons même pas si ce talent de Vereecken sera apprécié comme il se doit. Nous ne savons pas s'il va percer. Nous ne savons rien. Nous ne savons rien dans ce sens. Mais nous savons une chose, c'est que pour ceux qui connaissent maintenant son œuvre, qui ont déjà vécu un peu avec son œuvre, tous ceux-là sont convaincus de ce qu'André Vereecken a à dire, de ce qu'il a dans son corps mais aussi dans son âme et dans ses mains. Tous ces gens - je crois - sont maintenant convaincus qu'ils ont affaire ici à une force primordiale. Et quand je dis "force primitive", c'est dans sa pleine signification, comme l'homme qui peut sensibiliser et faire ressortir les forces primitives en lui, qui peut leur donner de la couleur, qui peut les modeler, qui peut les construire, qui peut nous montrer comment tout ce qui fonctionne en lui et tout ce qui vit en lui, comment cela peut en effet nous attirer à nouveau vu à travers ses yeux, créé par ses mains. Le monde d'André Vereecken, mesdames et messieurs. Le monde des signes étranges, des symboles, des personnes, des animaux, des choses petites et grandes, des choses déchirées, de la peur, de notre temps, du temps derrière nous, du temps à venir. Un homme qui crée. Un être créatif. André Vereecken. Un peintre. Un être humain. Un combattant. Sans beaucoup de mots. Modeste. Retiré, mais avec une force intérieure qui nous surprend à chaque fois, et nous pourrions dire : ici il y a quelque chose, quelque chose qui a grandi ici, ici il y a quelque chose d'important qui se développe pour lequel nous n'avons malheureusement pas assez de mots. Je vous remercie.

Jan D’Haese

"Ce qui me frappe surtout dans les œuvres les plus récentes, c'est l'émergence toujours plus évidente, peut-être par une confiance en soi croissante, d'un sens naturel de la beauté harmonique, qui se manifeste dans les formes comme dans les couleurs".

                                                                     Frans van Eyck (VEF)

Je ne crois pas qu'André Vereecken veuille "dire" quoi que ce soit, apporter un "message" comme on l'appelle. Je pense qu'il essaie de donner forme (peut-être inconsciemment) à ce qu'il ne peut pas dire du tout. Ceux qui verront cette œuvre seront peut-être d'accord avec moi pour dire qu'il n'y a pas d'histoire ici, nulle part.  Il veut juste rendre quelque chose visible. Ce qu'il veut rendre visible, je pourrais le formuler en une platitude éculée comme : "la réalité derrière la réalité", qui à son tour dit tout et rien. Comme l'a plus ou moins dit Jan D'Haese : cette exposition est si complexe qu'il faudrait un "roman-fleuve" pour en approfondir les détails.

André Vereecken ne peint et ne dessine généralement pas de choses douces.  Ses figures peuvent généralement être placées sous la rubrique des monstres. Pourtant, ils ne spéculent pas du tout sur le sensationnalisme, n'ont pas cette chose horrible que certains surréalistes et autres jeunes essaient si fort d'atteindre. Là où j'ai l'impression, chez beaucoup de ces derniers, qu'ils pensent : "Je vais leur montrer combien tout cela est terrible et combien je sais à quel point le monde est cruel et mauvais", le travail d'André Vereecken me donne l'impression que les œuvres d'art sont nées sans la moindre arrière-pensée, que le contenu ici est, pour ainsi dire, issu du travail.

Ces dessins et peintures sont fluides et purs, pleins de références à d'autres artistes (et non des moindres) sans être dérangeants, au contraire. Je pourrais personnellement coller toute une série d'étiquettes sur ces œuvres (ça me rappelle ceci ou cela). Pourtant, il est clair qu'il ne s'agit jamais d'une imitation. 

André Vereecken ne semble jamais se soucier de la parenté, il se contente de s'adonner aux moyens mis à sa disposition sans se soucier beaucoup de savoir si tout cela est assez "original". J'insiste sur ce point, parce qu'on lui reprochera, bien qu'à mon avis on ne puisse parler d'épigonisme que lorsqu'il s'agit de mauvaises imitations. L'œuvre d'André Vereecken n'est pas mal non plus, si on peut l'appeler imitation.

Ce qui me frappe surtout dans les œuvres les plus récentes, c'est l'émergence toujours plus évidente, peut-être par une confiance en soi croissante, d'un sens naturel de la beauté harmonique, qui se manifeste dans les formes comme dans les couleurs.

Il n'est pas du tout dans mon intention ici de trop faire l'éloge d'André Vereecken, de lui faire croire qu'il a atteint les plus hauts sommets, etc.  Le doute sur soi-même est une chose que l'on n'a généralement pas à enseigner aux surdoués, au contraire. Pourquoi alors devrions-nous hésiter à dire franchement que nous croyons en leur travail. Après tout, ils devront eux-mêmes se montrer à la hauteur de cette croyance.

 

V.E.F. (Frans van Eyck) (04.04.70 Het Vrije Waasland)

"Aussi étrange que cela puisse paraître, André Vereecken dessine et peint avec l'allure d'un expert accompli. Ses compositions graphiques et colorées, pleines d'éléments et de personnages capricieux, parlent aussi un langage étonnamment original."

                                                                Jan

Un corbeau blanc aujourd'hui. Je ne les ai pas trouvés à Anvers, mais à Lokeren, dans la galerie Geertrui.

Il s'agit du presque inconnu André Vereecken, quarante ans, originaire de Sint-Niklaas et ce n’est que sa deuxième exposition.

Aussi étrange que cela puisse paraître, André Vereecken dessine et peint avec l'allure d'un expert accompli. Ses compositions graphiques et colorées, pleines d'éléments et de personnages capricieux, parlent aussi un langage étonnamment original.

André Vereecken est une autre preuve de notre richesse artistique. Pendant des années, il a travaillé en silence sur la lisière du monde de l'art. Maintenant qu'il vient d’exposer, il peut déjà se mettre aux côtés de nombreux artistes aux réputations déjà établies. N'est-ce pas remarquable ?

 

Jan.

"Dans les œuvres d'André Vereecken, il ne faut pas chercher un "message" simplement parce qu'il est introuvable, sauf si l'on considère l'expression devant son prochain comme un message."

                                                                  Y.L.

C'est la salle d'exposition locale Huize Geertrui qui a donné à André Vereecken l'occasion de se tenir au premier plan.

Dans une introduction rapide aux œuvres d'André Vereecken, on ose parler d'asymétrie symétrique. L'interaction apparemment confuse des lignes dans ses figures peut encore être décrite comme des figures géométriques clairement reconnaissables. La formation de base en tant qu’artisan n'est sûrement pas étrangère à cela. Il apparaît aussi clairement que l'artiste possède le don d'évoquer une image entière avec seulement quelques lignes bien placées.

Cependant, André Vereecken peut moins nous convaincre dans les œuvres où, outre le thème principal, il incorpore une couronne de figures secondaires dans ses toiles. À notre avis, il déplace trop l'accent de son travail vers l'extérieur, ce qui devrait en fait servir à renforcer la partie centrale. La raison principale en est son penchant pour les lignes capricieuses.

Plus sobres nous semblent les œuvres où un seul thème est abordé. Les œuvres dans lesquelles la couleur a été utilisée montrent que l'artiste connaît la valeur et la force des couleurs et qu'il est également capable de s'intégrer dans l'ensemble de son œuvre.

Dans les œuvres d'André Vereecken, il ne faut pas chercher un "message" simplement parce qu'il est introuvable, sauf si l'on considère l'expression devant son prochain comme un message.

Notre conclusion : une visite de l'œuvre d'André Vereecken vaut la peine car elle contient des éléments surprenants.

 

Y.L.

André Vereecken. "Trio de chant". "Zingend Trio" -Gravure sur cuivre 1970

Les œuvres exposées d'André Vereecken :

1. Extrême / 2. Composition avec 4 figures / 3. Composition avec une figure en mouvement / 4. Histoire d'un pêcheur / 5. 42 + I / 6. Composition en cercle blanc / 7. Composition I / 8. Démons / 9. Harleking / 10. Robot femelle / 11. Madame Z / 12. Composition avec violon / 13. Figure couchée / 14. Les grands mangent les petits / 15. Chat qui marche / 16. Femme avec un coq / 17. Âne rayé / 18. Prisonnier / 19. Chevalier errant / 20. Symphonie en bleu / 21. Aquarium / 22. Trio de chant (gravure) / 23. Composition 2 / 24. Gravure / 25. Composition (privée) / 26-30. 4 gravures / 31. Œuf en vol / 32. Surchargé / 33. Madame / 34. Peur / 35. Sans fin / 36. Portrait / 37. La fête / 38. Composition 3 / 39. Composition 4 / 40. Composition 5

 

De kunstwerken van André Vereecken tentoongesteld waren:

1. Extreem / 2. Compositie met 4 figuren / 3. Compositie met voortschrijdend figuur / 4. Geschiedenis van een visser / 5. 42 + I / 6. Compositie in witte cirkel / 7. Compositie 1 / 8. Demonen / 9. Harleking / 10. Vrouwelijke Robot / 11. Madam Z / 12. Compositie met viool / 13. Liggend figuur / 14. De groten eten de kleinen / 15. Wandelende Kat / 16. Vrouw met haan / 17. Gestreepte ezel / 18. Gevangene / 19. Dolende ridder / 20. Symfonie in blauw / 21. Aquarium / 22. Zingend trio (ets) / 23. Compositie 2 / 24. Ets / 25. Compositie (privaat) / 26-30. 4 Etsen / 31. Vliegend ei / 32. Overladen / 33. Mevrouw / 34. Angst / 35. Zonder einde / 36. Portret / 37. Het feest / 38. Compositie 3 / 39. Compositie 4 / 40. Compositie 5