ANDRÉ VEREECKEN

Exposition collective

Site internet à la mémoire de l'artiste André Vereecken (1932-2017).
Website ter nagedachtenis aan de kunstenaar André Vereecken (1932-2017).

 

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

©℗2020

EXPOSITION "ART CONTEMPORAIN"

1971 - TENTOONSTELLING "HEDENDAAGSE KUNST" - GALERIJ WAUMANS - SINT-NIKLAAS

EXPOSITION

Art Contemporain

 

 

 

 

 

 

 

André Vereecken expose avec:

Clicque - René De Coninck -  Raoul De Keyzer - Erik De Kramer - Jules De Waele - Louis Ghijsebrechts - Octave Landuyt - Pol Mara - Remo Martini - Achiel Pauwels - Dirk Pauwels - Luc Peire - Jan Van de Kerckhove - Lucien Van den Driessche - José Vermeersch

Peinture d'André Vereecken de 1971

"Il ne me semble pas difficile de reconnaître les peintures monumentales d'André Vereecken comme des choses qui appartiennent à notre société actuelle, portent quelque chose de l'esprit".

                                 

                                                               Frans van Eyck, 1971

Avec cette dernière remarque, nous pouvons alors passer immédiatement à l'exposition "Art Contemporain", à la galerie WAUMANS TE SINT-NIKLAAS. Sculptez la tête d'un homme affamé avec une casquette à tube élevé sur elle, sculptez également deux mains très fines et sensibles, gardez le tout principalement blanc comme maquillage. Ensuite, prenez un vieux volet de fenêtre et peignez-le dans une couleur vive (ne pas l’enduire d'abord). Fixez la tête au milieu de la moitié supérieure du volet et les mains sur le côté et plus vers le bas, comme si le volet était tenu par quelqu'un qui se tenait derrière. Vous devez vous assurer qu'il est clairement visible que la tête et les mains ne sont pas attachées à un corps, seulement au volet. Faites de même une deuxième fois avec un léger changement d'expression. Accrochez les deux volets l'un à côté de l'autre contre le mur et appelez-les "J'aime le mime". Le résultat est enchanteur, bien que cela ne soit certainement pas apparent dans le texte ci-dessus. (Œuvre de Dirk Pauwels.)

Les armoires de Remo Martini sont des choses agréables à voir, qui témoignent d'une imagination ingénieuse. On peut se demander comment combiner les choses les plus banales en quelque chose de significatif. On peut également rejeter l'oeuvre par la remarque: «C'est du bricolage». Il se trouve que cette remarque vient par coïncidence de la part de quelqu'un en qui ses peintures se démarquent particulièrement pour la peinture. Cette remarque vient par coïncidence de quelqu'un dont les peintures ne font ressortir que la "teinture". D'ailleurs, tout le monde sera d'accord pour dire que les peintures d’art sont "une façon de peindre", tout comme le sculpteur est un tailleur de pierre, et ainsi de suite, si nous reconnaissons que quelque part une limite peut être franchie. Pourquoi devrions-nous refuser de voir la même possibilité dans le "bricolage" ?

Récemment, j'ai vu une interview télévisée avec un coureur de renommée mondiale (j'ai oublié son nom). Cet homme a dit - et personne ne l'a contredit - qu'il devait ses résultats à 60% de talent et pour le reste un travail acharné. C'est probablement le don qui l'a poussé dans une certaine direction, et personne ne voudrait qu'il soit aussi un champion de natation. Il n'y a que dans l'art, apparemment, qu'on exige encore que le don s'inscrive dans une certaine loi, qui est pour la plupart artificielle. Ne pensez pas immédiatement que je prêche une soi-disant liberté absolue, qui sert trop souvent d'excuse à des personnes douées et ambitieuses. Quiconque veut accorder l'attention nécessaire à l'exposition dont il est question ici, remarquera le soin, la discipline même, dont ont fait preuve beaucoup des œuvres exposées. Au fait, il est surprenant de voir combien de ces soi-disant excentriques en arts (certainement dans le passé) ont bénéficié d'une formation académique stricte avec des résultats parfois brillants.

 

Ce n'est pas l'intention d'écrire un essai sur l'ART. Il s'agit seulement d'accepter que l'art ne s'arrête pas aux paysages, aux compositions florales, aux natures mortes rembourrées et aux femmes nues. L'art ne s'arrête pas non plus à brosser les coins sentimentaux, les fermes au toit de paille, etc. Peut-être que l'Art s'est arrêté là, mais c'est un autre sujet.

Il ne me semble pas difficile de reconnaître les peintures monumentales d'André Vereecken ou les (mystérieuses?) observations de Raoul de Keyzer comme des choses qui appartiennent à notre société actuelle, portent quelque chose de l'esprit. Qui dira qu'il ne comprend pas le «balcon rouge» d'Achiel Pauwels? Certains peuvent ne pas considérer ce travail suffisamment sérieux pour être de l'Art. Eh bien, alors ce n'est pas de l'art. En tout cas, c'est un beau morceau d'ironie sans effroyable planéité! Si vous voulez le classique, vous pouvez aller voir les gravures imaginatives de René de Coninck, tandis que l'amateur d'abstraction (mystérieuse?) peut aller voir Luc Peire. Avec Mara, nous pensons à une édition très européenne et surtout civilisée et planifiée du pop art.

La plupart des gens seront ennuyés par les peintures de Clicque, personnellement je ne les aime pas du tout non plus.

Quelque part dans ce travail, il y a quelque chose qui me fait revenir vers eux plusieurs fois. C'est comme si la banalité était délibérément dépeinte ici, je dirais presque glorifiée. On les retrouve à la fois dans le choix des sujets, dans la façon dont ils sont représentés et même dans la façon dont ils sont peints. Je pense que ce Clicque en tant qu'être humain est beaucoup moins banal que certains de ses frères d'art et contemporains, qui se transforment en prophètes de l'extase divine.

Nous n'allons pas faire une visite guidée de cette réunion ! Vous avez jusqu'au 12 mai pour vous familiariser avec toutes sortes de facettes de l'art contemporain à la galerie Waumans, avec la participation, outre les artistes déjà mentionnés, d'Erik de Kramer, Jan Van de Kerckhove, Lucien van den Driessche, José Vermeersch, Jules de Waele, Louis Ghijsebrechts et Octave Landuyt.

Il est peut-être dommage qu'un seul des artistes "contemporains" de Wase, André Vereecken, participe à cette exposition. D'un autre côté, le public local a eu amplement l'occasion ces derniers mois d'apprécier le travail des gens «contemporains» locaux. Avec un peu de chance, une exposition comme celle-ci aidera certains à se rendre compte que tout cela n'est pas absurde. ()

V.E.F. (Frans van Eyck), 1971, Het Vrije Waasland